Textes de loi et informations diverses dont il est utile de prendre connaissance.
Des petits conseils divers qui peuvent vous aider en de nombreuses occasions.
N'hesitez pas à nous envoyez les votres, ils seront toujours appreciés.
Quand savoir que votre vaval a besoin d'un vermifuge?
Lequel choisir?
Avec quelle périodicitée devriez vous administrer un vermifuge à votre vaval.
Les conseils directements orientés vers le bien être de votre cheval.
Quels sont les vaccins obligatoires?
Quels sont ceux qu'ils vaut mieux avoir?
A qui s'adresser?
Comment être sur que votre cheval a des dents saines ?
Une visite tout les combiens ?
A qui s'adresser ?
Permis de conduire EB
 
Le permis de conduire E est exigé pour conduire un véhicule tractant une remorque dès lors qu'une des conditions suivantes est atteinte:

1/ le poids total autorisé en charge (PTAC) de la remorque est à la fois supérieur à 750 kg et supérieur au poids à vide du véhicule tracteur,

ou

2/ le poids total autorisé en charge (PTAC) de la remorque est à la fois supérieur à 750 kg et le total des PTAC du véhicule tracteur et de la remorque dépasse 3500 kg.


Ce qui signifie qu'on peut conduire avec le seul permis B une remorque dont le PTAC dépasse 750 kg à la double condition qu'il soit inférieur au poids à vide du véhicule tracteur et que la somme des PTAC reste inférieure à 3500 kg.

Mais la détention du permis E ne suffit pas.
Une autre contrainte est à prendre en compte: c'est le PTRA, Poids Total Roulant Autorisé qui est la somme du poids du véhicule tracteur en ordre de marge (PTAC) et de la charge maximum qu'il peut légalement tracter.
Et là on a des surprises car ce n'est pas la même chose que la puissance fiscale du véhicule.
Il faut donc bien lire sa carte grise pour savoir ce qui est permis !

A titre d'exemple un monospace Peugeot 806 a un PTRA de 3695 kg. Considérant que son PTAC est de 2395 kg, il peut encore tracter 1300 kg. Si on retire le poids à vide du van autour de 700kg, il reste 600 kg de charge utile, soit un cheval de beau modèle et quelques kg de bagage. Charger dans ces conditions 2 chevaux et le matériel revient à rouler largement en surcharge avec toutes les conséquences que cela entraîne notamment par rapport à l'assurance en cas d'accident.

Les 4X4 eux, sont mieux lotis.
Par exemple un Patrol GLX comme on en rencontre beaucoup chez les randonneurs, a un PTAC de 2450 kg et un PTRA de 5635 kg. En faisant la soustraction on voit qu'on peut tracter une remorque ayant un PTAC maxi de 3185 kg (avec le permis E).


 Ce qu'on risque en cas de contrôle:

Le dépassement des limites maximales de charges autorisées entraîne une amende de 4ème classe de 135€.
Si le dépassement est supérieur à 20%, il sera question d'une amende de 5ème classe (1500 €), idem en cas d'absence du permis correspondant.

 Dérogation à la règle du PTRA :

Il est permis de faire circuler exceptionnellement un ensemble de véhicules dont le poids réel indiqué par une bascule est supérieur au PTRA du véhicule tracteur:
à 65 km/h maxi si le PTAC de la remorque ne dépasse pas 3500kg et si le poids réel de la remorque ne dépasse pas 1,3 fois le poids réel du véhicule tracteur,
à 45 km/h maxi si le poids réel de la remorque dépasse 1,3 fois le poids réel du véhicule tracteur,

Dans les deux cas, la vitesse maxi doit être indiquée en noir sur un disque blanc à l'arrière gauche de la remorque, mais jamais le poids réel de chaque véhicule ne doit dépasser son propre PTAC.

Téléchargez cet article au format .PDF.Circulation.
Transpondeur
 
Arrêté du 26 août 2003 modifiant l'arrêté du 30 avril 2002 relatif à l'identification complémentaire des équidés par la pose d'un transpondeur électronique.

Le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales, arrête :

L'article 16 de l'arrêté du 30 avril 2002 susvisé relatif à l'identification complémentaire des équidés par la pose d'un transpondeur électronique est abrogé et remplacé par :

« Art. 16. - Tout détenteur peut demander l'identification complémentaire d'un équidé par pose d'un transpondeur. Toute pose d'un transpondeur sur un équidé doit être réalisée conformément aux dispositions du présent arrêté. Toute utilisation de matériel non agréé entraîne de fait la nullité de l'opération de marquage électronique.

A compter du 1er janvier 2003, tout détenteur d'équidés est tenu de faire procéder à l'identification complémentaire par pose d'un transpondeur des équidés destinés à l'abattage avant leur sortie de l'exploitation.

A compter du 1er janvier 2004, tout détenteur d'équidés est tenu de faire procéder à l'identification complémentaire par pose d'un transpondeur des équidés naissant en France, avant sevrage et au plus tard le 31 décembre de leur année de naissance, et de ceux qui font l'objet d'une demande d'immatriculation auprès de l'établissement public Les Haras nationaux.

A compter du 1er janvier 2005, tout détenteur d'étalons mis à la reproduction est tenu de faire procéder à leur identification complémentaire par pose d'un transpondeur préalablement à la délivrance du carnet de saillie et tout détenteur de juments en production est tenu de faire procéder à leur identification complémentaire par pose d'un transpondeur avant l'immatriculation du produit.

A compter du 1er janvier 2006, tout détenteur d'équidés est tenu de faire procéder à l'identification complémentaire par pose d'un transpondeur des équidés avant toute participation à une course, à une épreuve d'élevage, à un concours d'élevage ou à toutes compétitions ou manifestations équestres organisés par l'établissement public Les Haras nationaux ou un organisme agréé ou habilité pour intervenir dans la sélection ou l'amélioration génétique des équidés.

A compter du 1er janvier 2008, tout détenteur d'équidés nés en France, introduits ou importés, est tenu d'avoir fait procéder à leur identification complémentaire par pose d'un transpondeur.

L'équidé est accompagné d'un document d'identification, conformément à l'article 2 du décret du 15 avril 1976 susvisé portant le numéro du transpondeur. »


Article 2

Le directeur général de l'alimentation, le directeur général de la forêt et des affaires rurales et les préfets sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 26 août 2003.

Hervé Gaymard

Téléchargez cet article au format .PDF.Transpondeur.
Circulation des animaux et des véhicules à traction animale
 

Généralités:
Régie par le code de la route, la circulation des animaux et des véhicules à traction animale est soumise à la surveillance des gardes champêtres et des gendarmes.
Lorsque la sécurité de la circulation routière l'exige, le préfet, le président du conseil général et le maire peuvent, dans la limite de leurs pouvoirs, prescrire des mesures plus rigoureuses.
Le préfet et le maire peuvent également fonder leurs décisions sur l'intérêt de l'ordre public

Circulation des animaux:
Divagation ou stationnement interdits
Il est interdit de laisser errer sur les routes un animal quelconque et d'y laisser à l'abandon des animaux de trait, de charge ou de selle.

Conduite des animaux:
Les animaux de trait, de charge ou de selle et les bestiaux isolés ou en troupeau doivent avoir un conducteur. S'ils circulent sur une route, ils doivent ètre conduits de manière à ne pas entraver la circulation publique et à faciliter leur croisement ou dépassement.

Eclairage et signalisation
Dès la chute du jour, les conducteurs d'animaux isolés ou en groupe doivent, en dehors des agglomérations, porter une lanterne de façon très visible, en particulier de l'arrière; cette obligation ne s'applique pas aux conducteurs circulant sur les chemins ruraux sauf arrêté préfectoral.
L'Article R412-48 du code de la route stipule que les cavaliers ne sont pas soumis à l'obligation de se munir de feux la nuit.

Préservation des récoltes
En toute saison, il est interdit, sous peine d'amende, de faire ou laisser passer les bestiaux ou bêtes de trait, de charge ou de monture sur le terrain d'autrui ensemencé ou chargé d'une récolte.

Circulation des véhicules à traction animale
  Equipements de sécurité
  Frein
Si le relief de la contrée l'exige, les véhicules à traction animale doivent être munis d'un frein ou d'un dispositif d'enrayage. Feux avant et arrière
Les véhicules circulant ou stationnant sur une route doivent être munis pendant la nuit, ou de jour lorsque les circonstances l'exigent, notamment par temps de brouillard, des dispositifs suivants:

- à l'avant: un ou deux feux émettant vers l'avant une lumière blanche ou jaune;
- à l'arrière: un ou deux feux émettant vers l'arrière une lumière rouge.

Ces lumières doivent être visibles la nuit par temps clair à une distance de 150 mètres sans êtres éblouissantes pour les autres conducteurs et ne doivent pas être cachées par le chargement.
Dispositifs réfléchissants
Les véhicules à traction animale doivent en outre porter à l'arrière deux dispositifs réfléchissant une lumière rouge.

Téléchargez cet article au format .PDF.Permis EB.

Equidé maltraité
 

Quels sont les besoins d'un cheval?

-une nourriture adaptée et en quantité suffisante
-de l'eau propre à disposition
-de l'espace pour se mouvoir
-un abri pour se protéger des intempéries (haie,,bosquet, mur, butte, box...)
-un suivi vétérinaire (vermifuge, soins dentaires...)
-un suivi orthopédique (parage ou ferrage régulier)


A savoir:
Un cheval souffre davantage de la canicule que des températures négatives.
La plupart des chevaux peuvent passer l'hiver dehors s' ils disposent d'un abri et d'une nourriture adaptée. Les chevaux sont en revanche sensibles aux courants d'air d'où la nécessité d'une haie, d'un mur ou d'une butte pour les protéger des vents dominants.

Au détour d'un chemin, vous découvrez un équidé dont l'état de maigreur ou d'abandon vous semble manifeste:

Recommandation: éviter à tout prix malentendus et confrontations orageuses avec le propriétaire. Cela n'abouti à rien. La plupart des mauvais traitements relèvent du laxisme et de l'ignorance.

Vérifier avant d'entreprendre quoi que ce soit:

-la présence d'eau propre
-la présence de nourriture ou de reliefs de nourriture ( au besoin, repasser tôt le matin ou tard le soir pour s'assurer que le cheval est nourri au moins une fois par jour)
-la présence d'un abri,(haie, mur, bosquet...)
-la présence de blessures non soignées
-l'état de maigreur (si les chevaux qui l'accompagnent sont tous en état, ce dernier peut être très âgé ou convalescent...)
-l'état des pieds. S'ils sont parés ou ferrés régulièrement, cela atteste que l'animal est entretenu.
-l'état des clôtures reflète dans bien des cas l'attention portée par le propriétaire.


En cas de manque de soins manifeste:
La première démarche à entreprendre est de se renseigner sur le propriétaire et de le rencontrer. Dressez un bilan de l'état de santé de son animal et soumettez lui des solutions afin de remédier à la situation.
Si vous n'observez aucune amélioration,

-contactez la SPA locale
-déposez plainte auprès des autorités (un suivi de la plainte est impératif sous peine de la voir succomber au classement vertical...)

La SPA enverra un inspecteur vérifier les faits, se mettre en rapport avec le propriétaire et les autorités si besoin est.
Il faut néanmoins savoir que la réquisition de l'animal par la SPA via la police n'est envisageable que si la vie du cheval est mise en danger par les mauvais traitements. La procédure est longue et compliquée...

Téléchargez cet article au format .PDF.Equidé Maltraité.
Vermifuge
 

Bonjour à vous

Nous allons commencer la rubrique santé de votre cheval par les parasites digestifs (Helminthes) de votre compagnon, les identifier et les traiter.
Le printemps arrive et les larves restées à l’état endémique durant l’hiver vont se transformer en vers et vont venir infecter le système digestif de votre équidé.
La localisation principale des parasites et la plus connue est le système digestif (estomac, intestin grêle, gros intestin et le cæcum). L’action des parasites peut-être irritative, obstructive, spoliatrice, sourde ou aiguë.
Les troubles les plus communs sont la colique spasmodique, trouble du transit (diarrhée ou constipation), mauvais état général du au mauvais fonctionnement intestinal, retard de croissance, péritonite par perforation intestinale pour les cas les plus graves.

Les vers ronds ou Némathelminthes.

Les grands strongles (Strongylus equinus, strongylus vulgaris & strongylus edentatus):
Les plus fréquents et les plus dangereux. Il est présent toute l’année chez les équidés, qu’ils vivent au pré ou en box.
Colique intense, douleurs abdominales, inappétence, boiteries, et mort subite par rupture d’anévrisme(cas rare dans nos contrées).

Les petits strongles (Triconèmes):
Présents toute l’année chez tous les équidés vivant au box ou au pré. Colique, anémie et diarrhées.

Les ascaris (Parascaris equorum ):
Surtout chez les jeunes sujets quel que soit leur mode de vie. Les larves pendant leur migration peuvent provoquer une broncho-pneumonie vermineuse (rhume d’été) les ascaris adultes provoquent des entérites chroniques (perte d’appétit, amaigrissement, augmentation du volume de l’abdomen).

Les oxyures (Oxyris equi):
Chez les chevaux adultes et agés vivant au box.
Altération de la muqueuse intestinale et irritation anale. Cheval ayant tendance à se frotter et présentant les crins de la queue cassés ou en panache.

Les vers plats ou Plathelminthes.

Ils sont plus rares mais il faut citer les ténias (Anoplocephala perfoliata) les infections sont présentes en automne et en hiver chez les sujets au pré.
Troubles digestifs tel que coliques obstructives.

Les Gastérophiles:
Mouches au stade adulte qui pondent sur les poils des équidés.
Qui en se léchant avale les œufs qui donnent des larves qui traverse la muqueuse buccale pour rejoindre l’estomac. Après 8 à 10 mois elles sont éliminées dans les crottins. Infection constatée en automne.
Mauvais appétit, abattement, coliques occasionnelles, mauvais état général.

La vermifugation :

Calendrier idéal de vermifugation:


Les principales molécules et leur spectre d’action :

Moxidectine agit sur tous les vers ronds, larves et adultes et sur les gastérophiles.
Ivermectine agit sur les vers ronds larves et adultes et les gastérophiles.
Praziquantel agit sur le tenia .

Protocole d’utilisation.
Poulinières gestantes:

1ère vermifugation avant le poulinage ou le lendemain
2ème vermifugation 3 mois après, puis ensuite tous les 3 mois.

Jeunes poulains:

15 Jours après la naissance


Aucun vermifuge n’est convenablement larvicide à tous les stades, il faut utiliser des vermifugations adaptées aux conditions épidémiologiques.
Les vermifuges chimiques sont des toxiques dont l’emploi doit être ponctuel et non routinier.
En aucun cas la vermifugation doit être un acte de routine qui donne bonne conscience.

UN VERMIFUGE N’EST PAS UN VACCIN

•La coutume populaire dit que le meilleur moment pour vermifuger est à la lune descendante 3/4 jours après la pleine lune.

Cette rubrique est la votre n’hésiter pas à nous interroger sur un point précis de la santé de votre cheval. Jpp-ekus@wanadoo.fr

Téléchargez cet article au format .PDF.Vermifuges.
Accueil